Greffe de peau

Écrit par les experts Ooreka

 

La greffe de peau est utilisée dans des zones où il n'est pas possible de suturer classiquement la plaie, suite notamment à une chirurgie du cancer de la peau. Parmi les autres traitements possibles pour cette maladie, on peut citer : l'immunothérapie, la chimiothérapie du mélanome, la radiothérapie.

En matière de cancer de la peau, dans quels cas la greffe de peau est-elle préconisée ?

Une greffe de peau consiste à prélever une portion de peau (derme et épiderme) afin de recouvrir la plaie qu'entraîne l'exérèse (action de retirer la tumeur) du cancer de la peau :

  • Cette technique est utile, suite à une chirurgie, lorsqu'il n'est pas possible de suturer la plaie par :
    • un simple rapprochement des bords (suture directe) ;
    • cicatrisation dirigée ;
    • ou fermeture par lambeau.
  • Les greffes de peau réalisées dans le cadre des cancers de la peau sont toutes des autogreffes ; ce qui signifie que la peau est prélevée sur le patient lui-même (il n'y a donc aucun risque de rejet).
  • La peau provient généralement des cuisses ou des fesses, mais on peut aussi utiliser celle de l'abdomen (zone où la plus grande surface de peau peut être prélevée), du dos, du thorax ou encore du cuir chevelu.

Bon à savoir : les prélèvements sont effectués à l'aide d'un dermatome (couteau à lame réglable pour découper l'épaisseur souhaitée) ou d'un bistouri.

Différents types de greffe de la peau

Il existe différents types de greffes qui sont déterminés selon l'épaisseur de peau qui est prélevée :

  • La greffe de peau mince désigne un prélèvement :

     

    • de l'épiderme ;
    • et de la partie superficielle du derme.
  • La greffe de peau semi-épaisse prélève :

     

    • l'épiderme ;
    • et une partie plus ou moins profonde du derme.
  • La greffe de peau totale prélève la peau dans toute son épaisseur. Dans ce cas-là, la zone de prélèvement ne peut pas cicatriser spontanément et il est nécessaire de la fermer par suture directe.

Bon à savoir : dans les cas des greffes de peau mince et semi-épaisse, la cicatrisation de la zone prélevée s'effectuera en quelques semaines.

Greffe de la peau : déroulement et caractéristiques de l'intervention

L'intervention, consistant à réaliser une greffe de peau dans le cadre d'un cancer de la peau, dure le plus souvent moins d'1 heure. Elle s'effectue :

  • Sous anesthésie locale, si la surface prélevée est de petite taille.
  • Sous anesthésie générale, si la plaie est plus importante ou si le prélèvement a lieu dans une zone spéciale.

Généralement, on procède à une hospitalisation d'une durée variable en fonction :

  • de la zone greffée ;
  • du type d'anesthésie ;
  • de l'état de santé général du patient ;
  • de la nécessité ou non d'immobiliser la partie greffée le temps de la cicatrisation ; le maintient de la greffe pour qu'elle reste en contact avec la zone receveuse et soit correctement vascularisée étant essentiel.

À noter : si la greffe ne prend pas, une nouvelle intervention chirurgicale sera nécessaire.

Recommandations suite à la greffe de peau

Quelques recommandations sont à suivre, suite à une greffe de peau :

  • La zone prélevée peut être douloureuse pendant quelques semaines et nécessiter des antalgiques.
  • Par ailleurs, il est important d'hydrater la zone greffée avec des crèmes adaptées. Dans l'idéal, ces onguents devront être appliqués régulièrement pendant plusieurs mois, même si la greffe prend habituellement en quelques jours seulement.
  • De plus, il faudra faire attention à ne pas exposer la zone greffée au soleil au cours des 2 mois suivant l'intervention. En effet, comme pour n'importe quelle cicatrice, l'exposition solaire augmente le risque de pigmentation de la zone et donc de différence de couleur entre la peau saine et la greffe.

Suivre l'évolution de la greffe de peau

Pour éviter les complications suite à une greffe de peau, il faut que :

  • Les tissus prélevés soient de bonne qualité.
  • La zone greffée soit correctement immobilisée.
  • Le pansement soit bien adapté.

Par ailleurs, on observera que :

  • La zone, initialement insensible, va progressivement retrouver des sensations. Néanmoins, la sensibilité restera définitivement inférieure à ce qu'elle était avant.
  • La cicatrice, parfois un peu disgracieuse (boursouflée, rouge...), peut également démanger dans les premiers temps. Toutefois, ces symptômes ont tendance à s'atténuer dans les années qui suivent.

Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !