Mélanome

Écrit par les experts Ooreka

Le mélanome est l'un des types de cancer de la peau avec les carcinomes basocellulaires et les carcinomes épidermoïdes. Il s'agit d'une tumeur cutanée peu courante, mais grave et pouvant aboutir à un cancer de la peau métastasé.

Mélanome : un cancer de la peau peu fréquent, mais agressif

Le mélanome est le cancer de la peau présentant le taux de mortalité le plus élevé. Cela s'explique en raison de son fort potentiel métastatique, c'est-à-dire qu'il a tendance à se propager rapidement dans d'autres régions du corps sous la forme de métastases (cellules tumorales ayant la particularité de migrer vers d'autres organes).

Si l'on observe les chiffres et la répartition des mélanomes, on peut relever les informations suivantes :

  • Les mélanomes ne représentent que 10 % des cancers de la peau, soit des statistiques beaucoup moins élevées que les carcinomes basocellulaires et les carcinomes épidermoïdes (respectivement 70 % et 20 % des cancers cutanés).
  • Le nombre de mélanomes a pourtant plus que triplé au cours des 30 dernières années. Cela s'explique surtout par le fait que de plus en plus de personnes s'exposent au soleil et aux ultraviolets artificiels, les deux causes et facteurs de risque principaux de ce type de cancer.
  • En France, le mélanome est responsable chaque année de plus de 1 500 décès sur plus de 11 000 nouveaux cas, selon les chiffres officiels de 2012.

Caractéristiques du mélanome

Le mélanome est une tumeur cutanée maligne qui se développe à partir de certaines cellules de la peau : les mélanocytes (d'où son nom). On remarque également certains cas de développement de la maladie au niveau des yeux et des muqueuses.

Le mélanome se manifeste :

  • Dans 80 % des cas, sous la forme d'une tache colorée ressemblant à un grain de beauté (nævus) sur une peau saine.
  • Dans les 20 % des cas restants, en se développant à partir d'un nævus préexistant qui va changer de couleur et de forme.

En outre, on distingue 4 types de mélanomes :

  • le mélanome superficiel extensif ;
  • le mélanome nodulaire ;
  • le mélanome de Dubreuilh (ou lentigo malin) ;
  • le mélanome acro-lentigineux.

Mélanome superficiel extensif

Le mélanome superficiel extensif (ou SSM pour Superficial Spreading Melanoma) représente à lui seul 70 % des mélanomes :

  • Il concerne essentiellement les personnes jeunes.
  • Il se développe surtout dans les zones cutanées :
    • exposées au soleil (cou, jambes, poitrine et dos chez l'homme, etc.) ;
    • et/ou ayant subi des coups de soleil par le passé, au cours de l'enfance.

Le SSM est souvent confondu avec un nævus bénin. Toutefois, il s'en différencie si :

  • Le grain de beauté se transforme et change :
    • de taille (pouvant de 5 à 10 mm atteindre jusqu'à 15 à 35 mm, avec l'apparition d'un nodule en raison d'une infiltration du derme) ;
    • de couleur (bleutée, grise ou rose) ;
    • de consistance (épaisse) ou d'aspect.
  • Le nævus s'étend horizontalement et lentement pendant 1 à 5 ans, puis verticalement en profondeur.
  • Ses bords sont irréguliers et la tache asymétrique.

Bon à savoir : ce type de mélanome peut progressivement s'étaler sur la peau sous la forme d'une tache brune ou noire.

Mélanome nodulaire

Le mélanome nodulaire représente environ 15 % des mélanomes. Il s'agit de la forme de mélanome la plus grave en raison de la progression verticale et très rapide de la tumeur. Le pronostic est donc plus sévère dans la mesure où la lésion est profonde et épaisse.

Le mélanome nodulaire présente les particularités suivantes :

  • Il affecte des personnes de tout âge.
  • Il fait son apparition aussi bien :
    • sur un nævus préexistant ;
    • sur une peau saine ;
    • que sur n'importe quelle partie du corps (mais principalement sur la tête, le cou et le tronc).
  • Il se présente sous la forme d'un nodule ou d'une plaque sombre (de couleur grise perlée ou noire) qui :
    • se développe rapidement ;
    • devient vite bourgeonnant et hémorragique.

Mélanome de Dubreuilh

Le mélanome de Dubreuilh (ou lentigo malin, ou encore mélanome solaire) représente entre 5 et 10 % des mélanomes. Il s'agit de la forme de mélanome la moins grave. Ses caractéristiques sont les suivantes :

  • Ce mélanome touche essentiellement les personnes âgées de plus de 50 ans.
  • Il se développe essentiellement sur les zones exposées au soleil et notamment au niveau du visage, du cou et des mains.
  • Il se présente sous la forme d'une large tache brune et plane de 2 à 6 cm. Celle-ci comporte souvent des points noirs plus foncés, irrégulièrement disposés à sa surface.
  • L'extension de ce mélanome est relativement lente mettant une dizaine d'années à former un nodule invasif. Le risque de transformation en un mélanome malin est d'environ 35 %.

Mélanome acro-lentigineux

Le mélanome acro-lentigineux représente :

  • 5 % des mélanomes chez les personnes blanches de peau ;
  • mais jusqu'à 60 % d'entre eux chez les personnes à la peau foncée (développant plus rarement des mélanomes).

Les principales caractéristiques du mélanome acro-lentigineux permettant de le repérer sont les suivantes :

  • Il se développe essentiellement au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds, voire sous les ongles (d'où son autre nom de « mélanome des extrémités »).
  • Il se présente sous la forme d'une lésion foncée initialement plane, puis nodulaire qui est difficile à identifier dans la mesure où sa couleur se confond avec celle de la peau (un peu comme un durillon ou une verrue plantaire).
  • Il progresse horizontalement pendant plusieurs années avant de se développer verticalement, en profondeur.

Prise en charge médicale du mélanome

Seule une prise en charge précoce des mélanomes permet de les traiter efficacement et de les guérir :

  • Le traitement sera adapté au type de mélanome et au patient, en concertation avec le spécialiste du cancer de la peau, l'oncologue, le chirurgien, les aides-soignants, le médecin traitant, etc.
  • Généralement, on procède à une chirurgie assez large destinée à retirer la tumeur et la peau environnante avec une marge de sécurité :
  • On peut compléter le traitement par une immunothérapie si le cancer est étendu.

Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !