Mortalité cancer de la peau

Écrit par les experts Ooreka

La mortalité du cancer de la peau est particulièrement liée aux mélanomes, responsables de la majorité des décès. En effet, les autres cancers cutanés (carcinomes basocellulaires et carcinomes épidermoïdes) conduisent rarement à la mort car les traitements dont ils bénéficient sont efficaces. C'est pour cette raison que nous traiterons essentiellement ici des chiffres de la mortalité par mélanomes ; données présentées à titre indicatif car très variables.

À noter : le mélanome est aussi le cancer de la peau le plus fréquent chez les enfants et les adolescents.

Mélanomes : la principale cause de mortalité par cancer de la peau en France

Parmi les différents types de cancers de la peau, le mélanome se place en tête. Quelles sont les données officielles et comment se fait la répartition sur le territoire français ?

Chiffres de la mortalité par mélanome en France 

Si l'on se base sur les données fournies par l'Institut national du cancer dans le document La Situation du cancer en France en 2012, on retrouve, chaque année entre 2004 et 2008, une moyenne d'environ 1 500 décès par mélanome en France. Plus précisément :

  • On remarque une légère prédominance du nombre de décès par mélanome chez les hommes (800 contre 700 femmes) bien que les femmes soient plus touchées. Ceci est certainement dû à la plus grande vigilance de ces dernières.
  • Avec une légère augmentation au fil du temps, on arrive, selon les statistiques, à 1 620 décès en 2011 (900 hommes et 720 femmes).

Bon à savoir : tous les cancers de la peau confondus, les hommes restent plus nombreux à en mourir que les femmes.

Comparaison avec l'incidence mondiale

À l'échelle mondiale, l'incidence mondiale des morts par mélanome est de :

  • 1,7 décès pour 100 000 hommes ;
  • 1,1 décès pour 100 000 femmes.

L'âge moyen de décès se situe autour de :

  • 67 ans chez les hommes ;
  • 71 ans chez les femmes.

Le mélanome représente 1,1 % de l'ensemble des décès par cancer, se classant ainsi au 16rang des cancers les plus mortels.

Répartition géographique

La répartition géographique des décès par mélanome est paradoxale. En effet, même si l'exposition au soleil, principale cause du cancer de la peau, est inférieure dans les régions du Nord de la France, c'est bien là que l'on retrouve la plus forte densité de décès :

  • 2 décès pour 100 000 personnes en Bretagne et dans les Pays de la Loire ;
  • 1,9/100 000 dans le Limousin et la Haute-Normandie (ces deux régions présentant les plus forts taux de décès chez la femme) ;
  • 1,8/100 000 en Basse-Normandie, en Alsace et en région PACA.

Paradoxalement, les taux les plus bas se trouvent en :

  • Corse avec 1,1/100 000 ;
  • en région Midi-Pyrénées avec 1,3/100 000.

Mortalité du cancer de la peau : taux de survie en cas de mélanome

Même si le mélanome est le cancer de la peau le plus mortel, il est intéressant de signaler les chiffres correspondant au taux de survie. Celui-ci varie en fonction de divers facteurs : le sexe, l'âge, le stade du mélanome et l'épaisseur de la tumeur.

Chiffres du taux de survie en cas de mélanome

Si l'on se base sur les données du réseau FRANCIM, on retrouve, en cas de mélanome, un taux de survie de :

  • 96 % à 1 an ;
  • 87 % à 5 ans ;
  • de 71 à 84 % à 15 ans en fonction de la tranche d'âge (meilleur taux chez les plus jeunes).

Les chiffres de 2002 révèlent que le nombre de personnes, ayant eu un diagnostic de mélanome cutané au cours des 5 années précédentes (sur la période 1998-2002) et étant toujours en vie, était de 28 249, soit 3,5 % de tous les cancers confondus. Parmi ces personnes, on compte :

  • 42 % d'hommes (soit 3 % des cas de cancers masculins) ;
  • 48 % de femmes (soit 4 % des cas de cancers féminins).

Survie en fonction du sexe et de l'âge

Le taux de survie peut varier en fonction du sexe :

  • Chez les femmes, le taux de survie est de :
    • 97 % à 1 an ;
    • 89 % à 5 ans.
  • Chez les hommes, le taux de survie est de :
  • 95 % à 1 an ;
  • 83 % à 5 ans.

Par ailleurs, la survie est inversement proportionnelle à l'âge au moment du diagnostic du cancer de la peau (plus le patient est jeune meilleure est la survie). Ainsi, la survie à 5 ans est :

  • de 90 % chez les 15-45 ans ;
  • mais seulement à 71 % chez les personnes âgées de 75 ans et plus.
Aussi, la survie globale est meilleure chez les enfants que chez les adolescents et les adultes, les adolescents ayant eux-mêmes une survie globale supérieure à celle des adultes.

Survie en fonction du stade du mélanome

Le taux de survie dépend également du stade du mélanome au moment du diagnostic :

  • Lorsque le cancer de la peau est au stade I ou II, la survie relative à 5 ans est comprise entre 88 % et 98 %.
  • En cas de cancer de la peau métastasé, le taux de survie est inférieur à 20 %, d'où l'importance du dépistage.

La localisation des métastases a également son importance. En effet, des métastases viscérales présentent un pronostic beaucoup plus sévère (taux de survie à 5 ans inférieur à 10 %) que des métastases ganglionnaires.

À noter : l'envahissement ganglionnaire est plus fréquent chez les enfants que chez les adultes.

Survie en fonction de l'épaisseur de la tumeur

Enfin, le pronostic des mélanomes est lié à l'épaisseur de la tumeur. Plus elle est profonde, moins le taux de survie est élevé :

  • Si la tumeur cutanée fait moins de 1 mm, on peut s'attendre à une guérison complète (taux de survie de 90 %).
  • Au-delà, plus l'épaisseur de la tumeur est importante, plus les chances de guérison et le taux de survie diminuent.
  • Au moment du diagnostic, une proportion plus importante d'enfants et d'adolescents que d'adultes présente des tumeurs de stades T3 et T4 (tumeurs épaisses).

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
mélanie menou

voyance,massage intuitifs,reiki,eft,cosmétique

Expert

christophe leblond

phytothérapie, aromathérapie et compléments alimentaires | www.phyto-soins.com

Expert

danièle agostini austerlitz

psychothérapie adulte, enfant, adolescent, couple

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !